La Pommeraie

La Pommeraie La Pommeraie à Sigolsheim

Autour des villages sous les collines, la vigne prédomine. Pour l'exploiter, les viticulteurs utilisaient des chevaux de trait. Le foin était produit sur des terres plus éloignées et en particulier près de la rivière de la Fecht.

Quand le tracteur remplaça le cheval, les prés furent convertis en vigne, en arboriculture, en horticulture. D'autres furent même laissées à l'abandon.
Le père Gsell avait une petite exploitation viticole, un hectare de vigne en propriété et deux hectares en location. Il choisit de se convertir à l'arboriculture en achetant un de ces prés qui était à l'abandon. Il y fit construire des bâtiments agricoles comprenant une maison d'habitation.

La pomme est la production principale. En fait, une offre de plusieurs variétés de pommes cherchant à répondre aux goûts du marché. La pomme est proposée avant tout comme un fruit de saison, même s'il est vital de pouvoir la conserver dans de bonnes conditions pour pouvoir étaler la vente.

Bernard Gsel, le fils du fondateur, a suivi une formation à l'école d'agriculture de Rouffac, puis il a voyagé. C'est aux Etats Unis qu'il a appris les recettes qui vont moderniser l'exploitation.

Aujourd'hui, l'entreprise utilise des techniques scientifiques pour proposer des produits adaptés aux marchés. La pomme est cueillie au moment optimum. De nombreux passages peuvent être utiles pour récolter les meilleurs fruits. Elle est analysée sur différents critères et respecte des cahiers de charge draconiens. L'irrigation est contrôlée au niveau de chaque pied.

Des recherches sont faites dans de nombreuses directions pour répondre aux besoins du marché. Les pommes anciennes, qui devaient revenir à la mode, ne connaissent pas le succès attendu. Le fruit qui marche le mieux est celui qui simplifie la vie du consommateur. Comme le yaourt est facile à utiliser, le fruit doit être simple à consommer.

La pomme vient de partout aujourd'hui. Elle arrive à 20 centimes d'euros à Rotterdam. Pour exister, la qualité des produits ne suffit plus. Il faut aussi diversifier la production et trouver des niches.

La pomme devait passer de 60% de la production à 40%. Toute une série de produits opportunistes sont essayés. La myrtille, l'abricot, le melon etc… le plus souvent avec succès. Une nouvelle prune plus grosse avec un petit noyau sera bientôt proposée.

L'entreprise fait travailler quelques salariés à temps plein et plusieurs dizaines de personnes en saison de récolte. Elles sont recrutées avec des CDD de 4 semaines minimum.

L'essentiel de la commercialisation se fait en direct. Un cinquième est livré aux grandes surfaces de la région colmarienne.

Cueillette de myrtille

La Pommeraie

Comptoir pour la vente

La Pommeraie
J'aime Bof


Dusariez : quetsches - 07 août 09, 11:02

bonjour,

pourriez-vous me dire quand est-ce que je pourrai acheter des quetsches dans votre comptoir de vente. J'envisage un séjour dans votre région en septembre.

Merci

Madame Dusariez
J'aime Bof 8 personnes ont aimé cet avis.